Afrique de l’Ouest, acte I

Il y a 9 années dans De la confiture dans les oreilles, Le Blog - Aucun commentaire

Article tiré du blog De la confiture dans les oreilles :

Ces mois-ci, ma vie (culturelle) est surtout partagée entre deux mondes. Le premier est celui de l’Afrique de l’Ouest, en particulier avec les cours d’histoire de la musique proposés par la Cité de la musique jusqu’à mi-décembre. Mais en dehors de ladite cité (dont je vous reparlerai bientôt), Paris offre plein d’autres occasions d’écouter de la musique africaine !

Ainsi, j’ai pu écouter, jeudi dernier, au théâtre de la Ville, le concert de Ballaké Cissoko, joueur de kora malien, et Vincent Segal, violoncelliste français. Leur disque Chamber music m’avait déjà beaucoup plu, mais le concert était encore meilleur. La brochure vantait l’harmonie qu’ont su faire naître ces deux musiciens entre leurs instruments, et c’est effectivement ce qui m’a marquée. Au-delà de la musique, fort agréable donc, on voit que les deux hommes s’entendent très bien et V. Segal a un don pour partager ce qu’il ressent et ce qu’il sait. Si vous souhaitez passer un excellent moment vous aussi, profitez donc de leur passage à Pierrefitte-sur-Seine (accessible en RER D), dans le cadre du festival « Villes des musiques du monde », le 7 novembre.

Seul bémol à ce concert, qui n’est pas de leur fait : le public. Plus j’assiste à des spectacles et plus je désespère de mes congénères. Sans doute suis-je en train de devenir « vieille conne », mais je trouve que les spectateurs ont de plus en plus tendance à se croire chez eux quand ils vont dans une salle de spectacle. Je supporte de moins en moins les gens qui commentent, se lèvent en plein milieu pour aller aux toilettes, laissent leur téléphone allumé, toussent à qui mieux mieux sans attendre les pauses dans la musique. Un peu de respect, que diable !

De la confiture dans les oreilles

Partager

Write a comment