LE BLOG DANS L'HERBE

Actualité, agenda, coups de coeur, c'est ici que ça se passe !

•  Mini expo pour grand auteur

Il y a 6 années dans De la confiture dans les oreilles, Le Blog - Aucun commentaire

Article tiré du blog De la confiture dans les oreilles :

Ce que j’aime à Paris, c’est que, à côté des musées grandiloquents croulant sous les hordes de Japonais, se cachent de minimusées silencieux, souvent déserts et presque cachés. C’est le cas par exemple du musée des lettres et manuscrits, sis boulevard Saint-Germain, au fond de la cour d’un immeuble. Il faut vraiment avoir vu le panneau déplié sur le trottoir pour se douter de son existence… Je ne sais pas depuis quand il existe, d’ailleurs, mais son exposition actuelle, dédiée à Romain Gary, a visiblement été l’occasion de faire un peu de communication (peut-être avez-vous croisé une des cartes postales gratuites vantant cette dernière ?).

Romain Gary étant l’un de mes auteurs fétiches, je ne pouvais manquer cette exposition, même si je m’attendais vaguement à une expo minuscule et un peu barbante. Que nenni ! Certes peu étendue, elle est néanmoins passionnante et si l’on veut lire tous les cartels et observer attentivement les manuscrits et tapuscrits corrigés qu’elle montre, il faut bien une heure, ce qui n’a finalement rien à envier à d’autres institutions plus célèbres ! J’y ai appris plein de détails sur la vie de cet auteur-Janus et, à la sortie, ai pu assouvir mes pulsions acheteuses pour compléter ma collection…

L’exposition a lieu jusqu’au 3 avril, je ne saurais que trop vous conseiller de vous y rendre ! (malheureusement, petit musée oblige, il n’y a pas de nocturnes, mais je ne pense pas non plus qu’il y ait foule le week-end…)

De la confiture dans les oreilles


Partager


•  Sarkozy bâcle ses voeux au monde de la culture et de la connaissance

Il y a 6 années dans Actualité, Le Blog - Aucun commentaire

Mercredi, Sarkozy expédia sa prestation en à peine 30 minutes, alors qu’il avait pris soin d’inviter très largement des enseignants, des chefs d’établissements, des chefs d’établissement, des journalistes, des patrons d’institutions culturelles ou d’entreprises de spectacles voire même des organisateurs de festival. Un immense fourre-tout qui permettait d’évacuer les problèmes.

Le site Marianne2 nous résume efficacement les voeux du candidat Sarkozy au monde de la culture et de la connaissance.

fab-


Partager


•  (Re)présentation

Il y a 6 années dans De la confiture dans les oreilles, Le Blog - Aucun commentaire

Article tiré du blog De la confiture dans les oreilles :

occupe toi du bébé, la colline

Décidément, la saison 2010-2011 du théâtre de la Colline est une réussite pour moi ! Troisième pièce de l’année, troisième surprise, troisième grand moment de réflexion (plaisante) ! Cette fois encore, le synopsis pouvait pourtant paraître austère : l’auteur interroge les protagonistes d’un fait divers sordide (une mère accusée d’avoir tué ses deux enfants) pour tenter d’en comprendre les ressorts.

Si l’histoire de départ est effectivement sordide, la façon dont Dennis Kelly la présente finit par la placer au second plan, pour ne plus retenir que la façon dont chaque personnage se met en scène. De la femme perdue et touchante qui devient une folle criminelle à la mère aimante et honnête qui se transforme en femme politique démagogue, chaque personnage évolue devant la caméra – qui fait partie du spectacle lui-même, en projetant en temps réel sur un écran les acteurs en chair et en os qui jouent sur la scène.

Après « Pornographie », voici une autre manière de décortiquer la façon dont les médias influent sur notre comportement quotidien et, surtout, sur notre vision du monde. La pièce s’appelle « Occupe-toi du bébé » et se joue jusqu’au 5 février (vous voyez, je tiens mes bonnes résolutions et vais aux premières représentations !), à la Colline, donc.

De la confiture dans les oreilles


Partager


•  Young Director Award

Il y a 6 années dans Court Métrage, Le Blog, Vidéo - Aucun commentaire

La Young Director Award est une compétition européenne qui récompense les jeunes cinéastes de Publicité en marge du festival de cannes. Voici le palmarès de la dernière édition 2010 qui était très riche.

Attention, c’est court !

Pour commencer l’excellente bande annonce de cette année

Poverty tells many stories de l’allemande Isabel Prahl a remporté le premier prix

Graffiti de Yoann Lemoine a remporté le deuxième prix dans la catégorie web

Prix de la meilleure pub institutionnelle pour ce film danois d’  Adam Bonke

www.youngdirectoraward.com

vincent


Partager


•  Boitazik Classics 4 Christmas

Il y a 6 années dans Le Blog, Musique, Vidéo - 1 commentaire

vincent


Partager


•  Jeune et jolie

Il y a 6 années dans De la confiture dans les oreilles, Le Blog - Aucun commentaire

Article tiré du blog De la confiture dans les oreilles :

Sur les conseils d’un ami, que j’avais emmené voir « Docteur Faustus » aux Abbesses (j’attends de finir l’année, mais il y a fort à parier que cette pièce restera mon plus mauvais souvenir de la saison ! Je vous en épargnerai donc ici le récit…), j’ai dérogé à mes habitudes et suis retournée dans un théâtre privé parisien : le théâtre des Mathurins.

J’y étais allée il y a fort longtemps voir « Comment devenir une mère juive en dix leçons », que j’avais trouvé fort drôle, mais qui m’avait laissé un souvenir d’inconfort extrême et de cherté. Las, les choses n’ont pas évolué : la pièce se jouait dans la bien-nommée « petite salle », et ce fut un enfer. Une personne est même tombée dans les pommes au cours de la pièce, tellement il y faisait chaud et nous y étions à l’étroit. Étant au fond, j’ai été obligée de rester debout tout du long, pour pouvoir entrapercevoir quelquechose ! Le tout pour la modique somme de 32€ par tête… Il faut vraiment aimer le théâtre et avoir envie de soutenir une profession malmenée pour y aller (et encore… je me leurre en me disant que l’excellente Aurore Auteuil a gagné sa vie ce soir-là, mais ce n’est même pas dit !).

Malgré ces inconvénients matériels, le conseil était fort bon : la pièce « Le vieux juif blonde » est une réussite. Comme aurait dit mon vieil ami Jean-Jacques G., « j’ai une tendresse particulière, pour ces filles qui » sont capables, seules sur scène – et dans le cas présent malade -, d’émouvoir une salle pendant presque une heure. Aucune fausse note, aucun instant de faiblesse jusqu’au salut final, malgré le remue-ménage lorsque le spectateur s’est affalé sur son strapontin et alors que le personnage de cette jeune femme schizophrène qui se prend pour un vieux rescapé d’Auschwitz doit déjà être particulièrement ardu à interpréter. Je lui tire vraiment mon chapeau et vous incite vous aussi à ouvrir votre portefeuille et à vous armer de courage (un éventail serait d’ailleurs plus adéquat) pour aller l’applaudir (faut pas le dire, mais il y a des réducs sur Ticketac).

De la confiture dans les oreilles


Partager


•  Plus de sang, mais du nectar pour les papillons !

Il y a 6 années dans De la confiture dans les oreilles, Le Blog - Aucun commentaire

Article tiré du blog De la confiture dans les oreilles :

L’une de mes découvertes positives de l’an dernier était la pièce « Sin Sangre« , présentée par la compagnie chilienne Teatrocinema. A l’époque, je pensais que cette pièce se suffisait à elle-même et était déjà ravie d’avoir pu la voir. Quelle ne fut ma surprise, du coup, de voir cette année au programme du théâtre de la Ville que la troupe avait conçu une suite, et que celle-ci en appelait même encore une autre (probablement présentée l’an prochain !?) ! Il était hors de question que je passe à côté…

En fait de suite, il ne s’agit pas réellement de la même histoire, mais d’un autre volet d’une trilogie sur la dictature de Pinochet et sa place dans la mémoire collective chilienne. L’histoire, en fait trois qui se superposent, est au premier abord un peu décousue et j’ai mis du temps à comprendre le lien avec l’histoire du pays.  Le titre en lui-même (« L’homme qui donnait à boire aux papillons ») n’est pas franchement limpide et fait référence à une vieille légende chilienne (mais je n’en dirai pas plus). Cependant, progressivement les jalons se mettent en place et le côté fantastique, voire déjanté parfois, laisse place à une véritable réflexion sur la mémoire. Comme la dernière fois, je pense qu’il faut quelques jours pour digérer cette pièce…

La scénographie est toujours la même en revanche : des acteurs en chair et en os jouent entre deux écrans de cinéma où sont projetées des images qui se superposent à leur jeu. J’ai d’ailleurs trouvé que la technique était plus aboutie encore cette année, les images ne servant plus seulement de décor, mais parfois aussi de pièces du costume des acteurs ! Leur jeu est quasi millimétré, c’est impressionnant (d’autant plus que, étant placée tout en haut, je m’attendais à voir des décalages…) ! Mon seul regret concerne la musique, que j’ai trouvée un peu grandiloquente et mièvre (non non, ce n’est pas antinomique !)…

En un mot, je ne saurais donc trop vous conseiller de courir aux Abbesses pour voir cet homme qui donne à boire aux papillons, cela se joue jusqu’au 30 décembre. Et sinon, faites donc une séance de rattrapage et allez voir « Sin Sangre », qui se rejoue fin janvier à Cergy (accessible en RER A !).

De la confiture dans les oreilles


Partager


•  Muzorama

Il y a 6 années dans Court Métrage, Le Blog, Vidéo - Aucun commentaire

Muzorama est un film de l’école d’animation SUPINFOCOM ARLES.

Dans l’univers de l’illustrateur français, Jean-Philippe Masson aka Muzo, ce court de 2008 a pris 6 semaines de production.

réalisé par Elsa Brehin, Raphaël Calamote, Mauro Carraro, Maxime Cazaux, Emilien Davaud, Laurent Monneron et Axel Tillement.

vincent


Partager