La première impression… et la suivante

Il y a 9 années dans De la confiture dans les oreilles, Le Blog - Aucun commentaire

Article tiré du blog De la confiture dans les oreilles :

L’an dernier, à peu près à la même époque, j’avais découvert Merce Cunningham au théâtre de la Ville, et avais trouvé que, si les mouvements étaient magnifiques, la musique (ou plutôt les bruits qui accompagnent la chorégraphie) me perturbait. J’ai appris cette année que le théâtre avait en fait conclu un partenariat de trois ans avec le chorégraphe (plutôt sa compagnie, finalement, puisque ce dernier est mort quelques mois plus tard) pour présenter une rétrospective de ses œuvres depuis le début de sa carrière (1945, quand même !). C’était l’occasion de voir si mes premières impressions étaient les bonnes ou si le temps avait fait son œuvre et me permettrait d’aborder cette fois la Modern’ dance avec un peu plus de décontraction.

Deux programmes sont proposés, mais j’avais décidé de me limiter au premier, qui présente déjà trois courtes pièces conçues en 1998, 1970 et 1958 (oui oui, dans cet ordre antichronologique !) : point trop n’en faut, tout de même ! Désormais, je pense qu’avec quatre pièces de M. Cunningham à mon actif, je peux dire que mon impression est confirmée : j’adore les costumes (surtout ceux de « Second hand », couleurs de l’arc-en-ciel), la mise en lumière et les mouvements, mais vraiment, la musique dite « contemporaine » ne me revient pas. Je suis sans doute trop classique, mais cette inadéquation entre une musique saccadée et discordante, d’une part, et une chorégraphie plutôt fluide et harmonieuse, d’autre part, me dépasse.

Je ne dirais pas que je n’aime pas ce que fait M. Cunningham, mais je crois que je ne profiterai pas de la troisième année de partenariat au théâtre de la Ville… De toute évidence, je ne fais pas partie du public cible… en tout cas pas de la même façon que certaines de mes voisines, qui s’émerveillaient à la sortie (je les cite) : « C’est comme une langue étrangère dont les corps formeraient les lettres… » ou « C’est une chorégraphie excentrique, mais d’une excentricité tout à fait convenue ». S’il faut se torturer le cerveau pour vraiment apprécier, alors non, ce n’est vraiment pas pour moi !

De la confiture dans les oreilles

Partager

Write a comment